Le Forum du CBX Club de France consacré à la CBX 1000/6
Salut amateurs de Six !
Vous êtes sur le nouveau forum du CBX Club de France.
Vous pouvez consulter les rubriques du forum si vous n'êtes pas inscrit mais vous ne pouvez pas poster un message.
Inscrivez vous en quelques clics pour voir les autres.
Après votre inscription, merci de vous présenter dans la rubrique Qui êtes vous ?
Merci pour votre fidélité
Le webmestre

Le Forum du CBX Club de France consacré à la CBX 1000/6

Tout sur la mythique HONDA CBX 1000 - 6 cylindres.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 petite histoire de CBX - "l'avant"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lonewolf1300

avatar

Messages : 1043
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 55
Localisation : Pas loin de Grenoble

MessageSujet: petite histoire de CBX - "l'avant"   Ven 10 Fév - 13:51

Répondant aux injonctions de Cacajou sur le fait de relater, je vais vous conter à ma manière ma petite histoire avec la 1000 CBX.

En ce qui me concerne, étant nettement plus jeune que vous  Razz  Razz  Razz , la relation avec la 1000 CBX a été bien différente.

Déjà, à l'époque où vous étiez assis sur un brélon depuis des lustres, je passais mon temps libre à pédaler comme un forcené entre Aquitaine et Quercy (et un an dans les Alpes Mancelles), bien content de tenir à peu près le rythme imposé par des gaillards nettement plus âgés que moi - déjà... - sur les routes parfois sacrément vallonnées de cette belle région. A vous écrire maintenant, je me demande si je n'y ai pas inconsciemment appris quelques rudiments qui me serviront quelques années plus tard, une fois motorisé (le roulage en groupe, la prise au vent, la gnaque, la solidarité).

A cette période, je n'avais aucun désir de déplacement motorisé, je pratiquais le cyclisme sans arrière pensée. Pour les boums chez les copains et copines, j'avais un papa qui adorait conduire et me voiturait donc volontiers un peu  partout. Par conséquent je me contentais largement de faire le c*n avec les mobs et Solex de potes dans les champs et autres zones campagnardes privilégiées où le Pandore était inexistant. Je me rappelle nettement d'un certain étang dont la construction fut indolente et qui nous a longtemps servi "d'Indianapolis du pauvre", avec ses bords en pente douce qui nous faisaient une délicieuse piste relevée, un bonheur ! Et quelques belles écorchures, le Solex étant une vraie s*loperie infecte de ce point de vue. Peut-être que, quelques années encore avant, le fait que les 2 motards de la Gendarmerie régulièrement en surveillance sur la petite place de la Poste du village avec leur vieille "R-quelquechose" ont eu une influence, m'ayant parfois pris sous les bras pour me poser sur leur selle... Par contre, vers mes 16/17 ans, en plus de celui d'un certain Giacomo Agostini en courbe vu de dos, j'avais deux posters récupérés je ne sais où : la CB 900 Bol d'Or, et un peu plus tard la 1000 CBX avec son mur de cylindres étincelant et démesuré. Ce poster-là, cette moto-là, c'était pour moi à la fois le symbole de la perfection absolue et la quintessence de l'inaccessible. Je vivais donc mes années Lycée avec cette idée que la moto, c'était beau ! Mais il fallait que ça le reste, et je n'avais donc pas d'aspiration particulière, et surtout pas pour la mob. Je continuais à jouer du cale-pieds des demi-journées durant. Simplement, j'admirais cette moto déjà si admirable et si désirable.

Un beau jour, mon père s'étant progressivement lassé de me déposer par ci et d'avoir à me récupérer par là à des heures indues (des fois au-delà de 21 heures, grands dieux !), avec sa délicatesse toute fondée sur une longue et rude carrière militaire, m'a montré du doigt et a déclaré : << toi, tu vas passer le permis moto >>. Sans me demander le moins du monde mon avis sur la question, du reste ; il faut dire qu'avec mon père, on ne discutait pas, on obtempérait... En réalité, et je ne m'en rendais pas encore compte, il se contentait de transmettre d'autorité le flambeau, toute ma famille ayant largement pratiqué moto et side-car lors de périodes que les moins de 90 ans ne peuvent pas connaitre. Passons les détails, je me suis retrouvé d'abord avec le droit administratif de conduire une 125 et mon père a jeté son dévolu sur une occasion d'une gracieuse antiquité, considérant qu'on se fait les dents sur un os et non sur un lingot. Suspect   Remarquez, il avait fondamentalement raison, et j'ai gardé ce sain(t) principe. Mais ce fut un peu chaffouin que j'ai fait mes premiers tours de roues sur une .... 125 MZ !  Embarassed   Même en terme de cylindrée unitaire, je ne dépassais pas la 1000 CBX. question prestige, dur dur !  Crying or Very sad

Heureusement, après un bon paquet de kilomètres en monocylindre poussif mais néanmoins assez confortable (20.000 km en 8 mois, le virus de la moto -  génétique, surement - avait viscéralement pris), arrive enfin l'heure bénie de ma majorité. Et derechef, celle de changer de calibre pour passer aux choses sérieuses. Je passe donc avec succès les épreuves du "permis moto", le vrai, le seul, l'unique. Cool   Tant mieux d'ailleurs, car l'ombre d'une réforme majeure dudit permis se profile à l'horizon ; il ne reste qu'un trimestre pour y échapper. L'hésitation se faisait sur une petite bombe neuve pétant sa frime dans la vitrine du concess' du coin, une Kawa 250Z rutilante. Bien qu'elle sente la poudre (en fait, je devrais dire La Coupe) et qu'elle m'inspire quelques envies d'en découdre pour de bon sur le ruban de Nogaro, elle me laissait sur ma faim en termes de gabarit. C'est qu'il y avait aussi le problème de la passagère, à emmener partout ! Alors une 250, ça faisait un peu juste... Mon père, discrètement ravi de ma réussite et de la révélation avérée de l'héritage familial, m'a finalement offert une moto (à mes yeux tout neufs en la matière) somptueuse, que je désirais encore plus mais du bout des lèvres seulement tellement ça me semblait "trop" : un 4 cylindres double arbre de chez SUZUKI, j'ai nommé la GS 550. Bleu clair, de 1978, 5.000 km au compteur, plus que présentable. Merci papa. Enfin une vraie moto ! Je me retrouve tout d'un coup avec une grosse cylindrée, au point que ma mère ébahie, me voyant arriver avec à la maison le jour de mon permis réussi, s'écrira stupéfaite : << tu conduis ça, toi ?! >>  Shocked . Cette moto verra défiler un nombre incalculable de passager(e)s tout le temps où je finirais mes "études", tellement elle fascinait ceux-ci. Un petit tour derrière était un grand plaisir, et même un privilège assez rare pour la plupart. Il faut que je rappelle qu'à l'époque, encore plus dans ce pays du foie gras et du cèpe, le top du top pour le commun était la 900 (cylindrée de riche assurément), et tout ce qui était au-dessus relevait carrément du mythe vertigineux. Alors déjà un 4 cylindres, pensez !





Je suis persuadé que c'est la 1000 CBX qui est à l'origine de ma conviction forcenée envers le 4 en ligne avec plein d'AAC au-dessus. Je n'en ai jamais démordu... De ma faiblesse organique pour la japonaise bien roulée et délurée non plus. Embarassed

Après quelques mois, quittant définitivement grâce à cette machine ma région d'origine pour rejoindre mes 8 ans de vie parisienne, j'ai peu à peu acquis l'expérience nécessaire pour rouler sainement avec cette moto d'un autre gabarit. Et en passant, appris à affronter la circulation parisienne et ses méthodes - déjà - parfaitement "typiques", pour n'en dire que cela.... J'ai fréquenté beaucoup de motards, et donc de types de moto. Mais curieusement, si mes souvenirs sont bons, je n'y jamais fréquenté de CBX directement. Au moto-club personne n'en a eu, et dans les nombreuses balades auxquelles j'ai participé ou que j'ai organisé, personne ne s'est pointé avec. J'en ai seulement à peine croisé une ou deux au hasard de mes 2.000 km mensuels. Par contre, je me suis vu proposé l'essai d'une 1300 Z. Je suis monté dessus (woaaw, faut des grandes jambes ! Heureusement, j'en ai), l'ai démarré (miam miam, c'est à pleurer de jouissance !), l'ai relevé de la latérale ... puis immédiatement (et trèèèès délicatement) reposée sur celle-ci, et décliné poliment ! Non, merci, vraiment. L'énorme poids m'a paru tellement monstrueux que j'étais convaincu de me vautrer au premier coin de rue ! Du coup, je crois que toute idée de me procurer un 6 pattes quel qu'il soit s'est dissipée de mon esprit. Effectivement, la CBX est pour moi tombée dans l'oubli.

Bien plus tard, lorsque j'ai habité dans le Var, j'en ai vu une passer du côté de Port-grimaud et je crois que j'ai mis un moment à réaliser que c'était bien cette moto-là qui me passait sous le nez ! C'est dire si elle ne faisait plus partie de mes aspirations. Il faut reconnaitre que j'étais pas mal comblé avec ma XJ achetée neuve en 1984, qui avait succédé avec grand succès à ma Suzuki. Bien que le concessionnaire local s'acharne à me proposer une reprise, rien ne pouvait contrecarrer ma profonde fidélité. Il faut dire aussi que, question passion dévorante, j'avais pris des dispositions pour en satisfaire une autre qui la vaut bien : le pilotage avion. Mais c'est une autre histoire.





Presque deux décennies passèrent. Et puis...

Quelques circonstances m'ont amené à penser de nouveau à la 1000 CBX, de surcroit de manière beaucoup plus concrète. Il faut dire que mon émigration sur la région des Alpes m'a amené à faire des rencontres nouvelles, notamment celle d'un heureux possesseur des deux modèles, une Z et une Prolink (heureux homme...). Au gré de nos roulages communs, une première occasion s'est présentée : désireux de filmer sa moto en circulation, ledit propriétaire échange avec moi la CBX contre ma XJR. Nous rentrions de Montpellier directement vers Grenoble (Ganges, Anduze, Alès, Aubenas, Privas, la route directe, quoi) et c'est après Aubenas, à l'approche des cols de l'Escrinet et de l'Arénier qu'il me passe le guidon de sa Z noire avec ses 6 Pipemaster et ses amortisseurs d'origine, s'il vous plait ! Au bout de 4 virages, je me sentais déjà comme chez moi, et les pare-carters (ou les pots ?) frottaient joyeusement le bitume... je me souviens que P. me dira : << oh, tu l'as bien en mains, moi je passe mon temps à chercher où est la roue avant >> (ma XJR étant dotée d'un carénage intégral). Very Happy


Sa CBX ne m'avait pas semblé si lourde que ça. C'est délicat à placer, il faut rester concentré et s'appliquer pour ne pas la désunir, mais ce berlingot rend la moto extrêmement séduisante. Certes imposante mais joueuse. Et ce moteur ! Mama mia, ce moteur !!! Pourtant, ma XJR ne manque ni de puissance, ni de coffre ni d'allonge ; sa réputation est universelle et aucunement usurpée. Mais ce moteur-là ! Large comme un porte-conteneur, abritant six petits diables possédés, et doté de six flutes à la voix enjôleuse, puis miauleuse comme une chatte en chaleur, et enfin rageuse comme un tigre en colère, c'est de l'adrénaline pure en injection intraveineuse. Sur de telles routes, les sensations procurées, c'est plus fort que la cocaïne. Je ne l'ai pas lâchée avant notre arrivée à Grenoble ! Par contre, les Pipemaster sont largement trop sonores, même en plafonnant à 2.500 tours, c'est la honte assurée en agglomération. Sinon, quel pied monstrueux !







Quelques temps plus tard vint le prêt de sa Prolink : pots d'origine et valises, blanche, protectrice, majestueuse. Nettement plus rigoureuse dans son comportement, son moteur donne l'impression, dans cette configuration, de conduire un gros V8 américain, genre Ford Thunderbird 1958 et ses 7 litres cube, si vous voyez ce que je veux dire. Bien sur, que vous voyez ce que je veux dire ! Je la trouve néanmoins assez différente, moins ludique, moins pousse-au-crime, moins Geisha. Du coup, ce que je sais, c'est que là aussi un virus s'est irrémédiablement installé. Je suis cuit.... J'y pense régulièrement. Malheureusement, une brouille définitive pour des raisons d'éthique me privera de l'opportunité de poser mon modeste postérieur sur cette moto très addictive. Je relègue au rayon des désirs refoulés, donc.

Tout soudain, au gré d'une accumulation de malheurs professionnels, quelque chose  d'important se produisit, qui me permit d'envisager sérieusement d'accueillir ce mythique engin japonais dans mon modeste garage. M'étant battu bec et ongle à la fois contre un ex-employeur scélérat et contre l'état de dépression qui en a violemment suivi, j'ai obtenu de haute lutte un jugement en ma faveur avec force compensation salariale ainsi que dommages et intérêts. Twisted Evil   Lequel résultat s'est vu de plus sensiblement augmenté par l'effet de la trouille de se voir convoqué en Appel, le susnommé sal*pard ayant rapidement négocié un "petit" ajout conséquent afin de me voir cesser là toute velléité de croiser encore le fer jusqu'à la victoire totale. Autrement dit, le robinet à oseille s'est suffisamment ouvert pour que je rétablisse ma situation financière durement grevée par un licenciement abusif, et qu'en sus je puisse décider d'acquérir enfin une jolie moto de collection.  I love you

Après certaines hésitations destinées à me mettre à l'épreuve (Z1300 non, trop gros, trop lourd, trop rare - GT750 non, très joli mais le cylindre à trous qui pue n'est pas du tout ma spécialité - Laverda GS1000 non, me plait bien mais trop hasardeux - Bennelli Sei non, pas du tout hasardeux car merdique avec certitude, 750CB non, à mes yeux un peu surfait, les vraies (K0 et K1) beaucoup trop chères - Z900 non, pas assez motivé), c'est donc bien la 1000 CBX qui désormais hante mes nuits. Puis aussi mes jours, longs jours car il faut passer quasiment des heures au téléphone et cela pendant des mois pour qu'enfin je puisse d'abord en essayer une "pour voir", pour ensuite faire réaliser la mienne et en prendre possession fin juillet 2013. C'est là que la vraie aventure commence...




La suite, vous la connaissez en partie, elle est ici :

http://cbxclub.activebb.net/t199-ayeeee-elle-arrive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
buzzer

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 12/12/2013
Age : 65
Localisation : Bandol Var

MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   Ven 10 Fév - 17:06

Quelle belle histoire bien racontée !!

En quelle année a tu croisé un CBX à Grimaud ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lonewolf1300

avatar

Messages : 1043
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 55
Localisation : Pas loin de Grenoble

MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   Ven 10 Fév - 17:33

Je ne pourrais pas être très précis ; c'était forcément entre fin 1988 et 1994. Plutôt entre 1992 et 1994, il me semble. Et pas forcément en été d'ailleurs, puisque là bas il fait soleil environ 367 jours par an Very Happy

PS : c'était une Z ou A, grise, pas forcément d'origine mais pas radicalement transformée. J'ai pas vraiment eu le temps de l'examiner Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
buzzer

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 12/12/2013
Age : 65
Localisation : Bandol Var

MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   Ven 10 Fév - 18:28

Ah ben c'était pas moi alors. Dans le golf j'y roulais en CBX entre 81 et 84 et je sortais avec
2 fadas en 1300 Kawa, le concessionnaire de St Tropez et un pote à lui. C'était chaud à l'époque !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cacajou

avatar

Messages : 1460
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 66
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   Ven 10 Fév - 18:53

Merci à toi , j'ai beaucoup aimé .
C'est bien raconté et on sent immédiatement que ce ne sont pas tes doigts qui dictent, mais la passion qui t'animait à cette époque . Et certainement encore intacte .
Je découvre qu'on a eu le même genre de père.
Le mien qui ne voulait pas me voir sur une 125 . 500 minimum, qu'il avait dit le dab Very Happy .
Aussi con que cela paraisse , j'ai aussi eu envie de beaucoup de machines .
Rien n'y a fait , cette "s...pe" de cbx me tenait par les "c..... les " lol!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lonewolf1300

avatar

Messages : 1043
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 55
Localisation : Pas loin de Grenoble

MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   Ven 10 Fév - 19:26

C'est vrai, la passion de la moto m'est tombée dessus un peu brusquement, mais radicalement. Il faut dire qu'il y avait des antécédents, bien que je ne les ai pas connu (mes soeurs, oui).

Elle reste intacte aujourd'hui, même si je me suis un peu fait "couper les jambes" à partir de 2010, professionnellement parlant. Ceci conjointement avec l'arrivée de mon fils, puis de ma fille, ce qui freine conséquemment les absences pour cause de fourmis dans les pneus !

Oui, le moins qu'on puisse en dire, c'est que mon papa, c'était quelqu'un. Mais c'est bien grâce à lui, et lui seul, que je suis devenu motard.

Et merci pour le compliment... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vfr



Messages : 729
Date d'inscription : 17/05/2012

MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   Ven 10 Fév - 19:40

Mon père avait peur en moto mais avait compris qu'il ne pourrait jamais empêcher mon frère et moi de rouler avec celle des copains dès qu'on aurait 14 ans. Il avait donc édicté deux règles simples mais incontournables :
1) pas de certificat d'études à 14 ans (comme à l'époque) = interdiction d'acheter une mobylette
2) redoublement après 14 ans = confiscation de la mob pour 1 an, en attendant les résultats de l'année scolaire suivante.
Ca a marché car ni mon frère ni moi avons jamais redoublé y compris à l'université !!

Sévère mais lucide il offrait un solex à l'obtention du certificat d'études mais si on voulait autre chose il fallait compléter le financement soi-même.
La Motobec SPR50 de mes rêves coûtant le double d'un Solex (respectivement 750 et 350 Frcs le jour de mes 14 ans) j'ai bossé pendant les congés scolaires à partir de 12/13 ans. Faut pas dec.., tu m'imagines en Solex ?????
Et comme il savait qu'on roulerait sans assurance, il la payait sans discuter chaque année.
Bref, sévère mais pas méchant, et ça nous aura apprit la valeur des choses.
A l'époque je gueulais (en silence) comme un putois mais .... j'ai repris exactement ce même principe avec mon môme : pas de travail = pas de récompense.  Vue comme ça la vie est simple !!

La première CBX que j'ai vue était en expo chez Honda France - ou un concessionnaire parisien ?? -lors de son arrivée en France. J'ai flashé sur le moteur, mais à l'époque j'avais une 350TZ pour faire du circuit et une mob de route ne me tentait pas du tout.
Après l'arrêt des courses en 81, j'ai à nouveau eu des routières, des sportives, des enduros etc sauf qu'un matin de 92 je me suis réveillé avec une obsession : trouver une Z.
Après quelques mois j'ai opté pour une Z de 79 en état correct, 48000 km, mais en panne de charge depuis des années. Le proprio chargeait la batterie puis faisait une centaine de km et rentrait au bercail. Il a fait ça pendant des années avant de se décider à vendre vu que son "garage" lui collait des factures coquettes :  batterie, régulateur, alternateur, charbons et j'en oublie ont été changés sans résultat.
L'élec n'est pas mon jeu favori, mais c'était celui de mon père (quand je disais pas méchant...) qui en 2 heures a trouvé que le porte-charbons de l'alternateur n'avait pas le bon écartement. Petite recherche vite fait pour réaliser que l'alternateur installé était celui d'une PL (plus puissant et à peine plus gros), mais avec porte-charbons de Z : ça marche pô car les charbons ne portent pas sur les pistes !!!
Et hop, réparée la Z, qui depuis 1993 est dans le garage.

A vous les studios Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rc174

avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 65
Localisation : Narbonne

MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   Ven 10 Fév - 19:54

Jolie histoire et belle plume !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cacajou

avatar

Messages : 1460
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 66
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   Ven 10 Fév - 20:41

Même topo pour moi.
Le père était d'accord pour la moto , mais tu te la paye qu'il avait dit.
En revanche il a payé l'assurance .
Et dieu sait que j'en ai pris le plus grand soin de cette première et des autres.
Une bien belle histoire aussi que la tienne, Noris cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dreyer

avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 18/10/2015
Age : 54
Localisation : haut-rhin 68

MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   Ven 10 Fév - 21:56

Une vraie plume de journaliste,et encore,certains ne t'arrivent pas à la cheville!Quelle belle passion dans cette histoire!

En plus,ayant pu admirer ta cbx par le plus grand des hasards,je confirme qu'elle est vraiment belle dans sa somptueuse robe bleu. Wink

Belle bouille ton chien,il mériterait un plus beau fond d'écran Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lonewolf1300

avatar

Messages : 1043
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 55
Localisation : Pas loin de Grenoble

MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   Sam 11 Fév - 9:03

Merci, merci Embarassed Embarassed mon ego va éclater.... Smile Ma passion va à la moto en général, c'est d'abord la pratique elle-même qui m'enflamme. Comme on dit, qu'importe le flacon !

La jolie bergère allemande avait eu droit, de son vivant, à un poster en 50x75 ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: petite histoire de CBX - "l'avant"   

Revenir en haut Aller en bas
 
petite histoire de CBX - "l'avant"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La petite Histoire d'un Rennes Brest Rennes en vélo couché.
» comme c'est la veillée, une petite histoire...
» Une petite histoire.
» petite histoire alsacienne!!!
» La petite histoire d"une '65 ....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du CBX Club de France consacré à la CBX 1000/6 :: Discussions :: Ce que vous avez envie de dire...-
Sauter vers: